matomo

Course de côte | Team Les Tarbou | Février 2018

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
loading...Loading...

Course de côte | Team Les Tarbou | Février 2018

Dans la série des nouveautés 2018, nous vous présenterons chaque mois l’un de nos sponsorisés à travers une interview, que ce soit en moto, en vélo, ou toute autre discipline utilisant le WD-40. Aujourd’hui, nous vous présentons l’équipe Les Tarbou, spécialisée en course de côte, que nous sponsorisons depuis 3 ans déjà.

Histoire du team

Q : Racontez-nous la formation de votre équipe, si je ne me trompe pas, c’est une histoire de famille et de passion.

  • Exactement, comme dans beaucoup de familles la moto est un virus qui se transmet à chaque génération ! J’ai depuis tout petit été attiré par la moto et dès mes 14 ans j’ai commencé mon parcours initiatique avec le BSR. Même si j’ai toujours plus ou moins rêvé de devenir pilote (un peu comme tous les gosses j’imagine) ce n’est qu’en 2014 que l’idée a pu se concrétiser. J’ai toujours beaucoup roulé avec mon père mais aussi avec pas mal d’amis, et lors de plusieurs sorties mon père a pu se rendre compte que je conduisais de manière propre et avec un bon rythme. On a donc décidé de monter un team pour faire de la compétition. A l’origine on s’était orienté vers le championnat de France d’endurance 25 power car il permettait de piloter tous les 2 avec un budget raisonnable. Mais on n’a pas trop accroché au format et après 1 an on a décidé de s’orienter vers les premiers amours de jeunesse de mon père : la course de côte. C’est un milieu qu’il connaissait déjà bien car il faisait l’assistance de mon oncle il y a de ça quelques dizaines d’années. Je n’arrivais pas à vendre mon ancienne moto de route, l’occasion était trop belle, on en a donc fait quelque chose d’intelligent et on l’a préparé pour le championnat de France de course de côte.

Présentation des coureurs

L’équipe se compose donc de Thibaut, le fils, et de son père Christian.

Course de côte | Team Les Tarbou | Février 2018

Profil, Christian Tarbouriech :

Christian est motard depuis son plus jeune âge, mais 2018 va être sa première année en tant que pilote avec une Yamaha 600 FZR de 94 que Thibaut décrit comme « une machine de course qui a de beaux restes et qui à l’époque était bien affutée puisque sa descendante est la très célèbre et reconnue R6 ». Bien que 2018 soit sa première année de compétition, Christian connait bien le monde de la moto puisqu’il a été l’assistant technique de son frère en course de côte, puis singe de side-car en rally routier. Une belle expérience qui lui permet d’avoir les bases nécessaires pour intégrer le championnat cette année. Et son fils est là pour l’épauler dans ses quelques lacunes de pilotage comme il l’explique « beaucoup d’expérience de la route, des connaissances inépuisables dans la technique et les réglages mais encore quelques lacunes pour le pilotage, que je me charge de rajeunir pour passer du style de ses idoles au style moderne où l’on pose le slider ! »

 

 

Course de côte | Team Les Tarbou | Février 2018

Profil, Thibaut Tarbouriech :

Lorsque l’on interroge Thibaut sur son profil de coureur, il répond avec entrain :

« Pour ma part j’ai posé mes fesses sur une selle dès le plus jeune âge, avec mon premier grand trajet à 8 ans puis par la suite BSR à 14 ans, permis 125 à 16 ans et gros cube à 18 ans. La moto est mon véhicule principal et malgré beaucoup de kilomètres au compteur j’ai encore beaucoup d’expérience à acquérir. Je cours actuellement avec mon Suzuki SV 1000 N de 2007, un gros roadster bicylindre de 1000cc qui développe 123cv. C’est mon ancienne moto de route et mon 2ème gros cube que je connais bien mais j’ai dû apporter pas mal de modifications dessus pour la rendre compétitive (amortisseur arrière, fourche, durites de freins…) et même si elle est très en deçà des standards de ma catégorie (S1000RR, ZX10R, R1, Panigale…) c’est une moto très fun, qui me permet de rivaliser avec quelques concurrents et de me faire plaisir. »

Championnat

Q : Quelle est votre spécialité ? Dans quel(s) championnat(s) concourrez-vous ?

  • Nous n’avons pas encore touché à beaucoup de styles de compétitions mais nous sommes plus attirés par les pistes routières. Le circuit demande beaucoup de pratique, de précision et d’entrainement. C’est aussi un milieu assez particulier qui est très compétitif et où l’ambiance n’est pas toujours bonne suivant les épreuves. Nous préférons courir en championnat de France de course de côte où l’ambiance est géniale car il y a moins de pression entre les pilotes du fait des départs 1 par 1 et non en paquet. De plus, courir sur route est très excitant car l’erreur n’est pas permise et la prise de repère est très personnelle, 2 bons chronos peuvent se faire avec des montées assez différentes. Ce sont des tracés très intéressants à travailler où il est très dur d’arriver à l’ultime trajectoire optimale du début à la fin.

Palmarès

Q : Quels est votre meilleur succès depuis vos débuts en course de côte ?

  • Mon meilleur succès est ma 3ème place à la manche de Franclens en 2017. Ce fut une très belle bagarre au chrono que j’ai fini par arracher pour 2 dixièmes à une Aprilia 1000 RSV4. En plus c’était la première manche de 2017, et c’était la première fois que je participais à cette course, c’était donc la meilleure façon de commencer la saison !

Objectifs 2018

Quels objectifs vous êtes-vous fixés chacun pour cette saison ?

Thibaut

  • Cette année je passe de la catégorie promotion à la catégorie 1300cc où se battent les seniors du championnat, qui ont souvent de gros moyens financiers et techniques. Je sais d’ores et déjà que je peux me battre avec les derniers du classement, ce qui peut prêter à rire mais quand on a un roadster de 123 chevaux c’est un beau challenge de se confronter à des hypersportives de 200 chevaux avec toutes les assistances électroniques. Mon objectif est donc de continuer à améliorer mes chronos et de laisser un maximum de concurrents derrière moi. Je verrai en fonction des résultats de cette année pour me fixer des objectifs plus concrets en 2019, mais pour l’instant je ne veux pas me mettre une pression néfaste.

Christian

  • Pour mon père l’objectif est assez classique pour un pilote qui découvre un championnat et sa machine : trouver ses repères, régler la moto et prendre du plaisir ! On va travailler ensemble pour que la prise de marques soit la plus rapide possible. On ne peut pas se fixer d’objectif raisonnable de résultat pour l’instant car on manque de repères dans la catégorie anciennes où il va courir.

Calendrier

Q : Quelles sont les dates à ne pas manquer cette année en course de côte ?

  • Concernant les dates à ne pas manquer, et bien je dirais toutes ! On a la chance d’avoir un championnat magnifique, avec de très beaux tracés. Mais si je devais choisir je dirais que Marlhes et Le Petit Abergement sont mes préférés et sont en plus très accessibles au public puisque d’une part elles ne sont qu’à une heure de Lyon et que d’autre part le tracé n’est pas loin des paddocks, on peut donc s’y rendre facilement en tant que spectateur. Il y a toujours une ambiance super sur ces courses du fait de la proximité des pilotes avec le public, c’est donc un régal de s’y retrouver.

Course de côte | Team Les Tarbou | Février 2018

Pour retrouver leur calendrier de course de côte, cliquez-ici.

Les Tarbou et WD-40

Q : Depuis quand connaissez-vous notre marque ? Comment avez-vous connu nos produits ?

  • Je connais la marque depuis très longtemps car avec mon père nous sommes bricoleurs, on a donc toujours eu un aérosol de WD-40 à portée de main ! Que ce soit pour la mécanique, les petits travaux de bricolage… ça a toujours été pour nous un produit à avoir sous le coude.

Q : A titre personnel (ou professionnel), quelle est l’utilisation la plus originale du Produit Multifonction que l’un de vous ait faite ?

  • Pour ma part je l’ai déjà utilisé pour enlever des traces de fuites d’huile de ma voiture laissées sur la dalle du parking souterrain tout neuf… Ça marche vraiment bien ! Je crois que mon père a pu faire à peu près toutes les utilisations possibles du produit durant sa « carrière » en mécanique, mais là où il a innové c’est qu’il a utilisé un aérosol de WD-40 vide pour en faire un récupérateur d’huile sur la moto de course! (Intégrer une récupération des liquides est une modification obligatoire à effectuer en compétition).

Conseils de pro

Q : En tant que professionnel de la moto, quelle est votre routine d’entretien de la moto ?

  • On peut distinguer 2 routines dans l’entretien d’une moto de course. Tout d’abord à chaque course on nettoie les freins au moins 2 voire 3 fois par weekend. En effet on utilise des plaquettes tendres, qui se dégradent assez vite et laissent donc beaucoup de résidus en suspens. On utilise donc le produit Nettoyant Freins de WD-40, qui nous permet de nettoyer sans démonter les étriers à chaque fois. Ensuite on adapte la lubrification de la chaîne aux conditions météorologiques. Donc quasiment chaque jour on nettoie complètement la chaîne pour enlever la graisse usagée et on applique soit de la graisse de chaîne en cas de conditions humides, soit le lubrifiant pour conditions sèches. En dehors de ça il y a peu de choses à faire sur la moto au niveau entretien. La principale chose à surveiller dans le weekend est la pression des pneus, qu’il faut en permanence adapter à la température ambiante et bien sûr à son feeling sur le tracé.

En dehors des compétitions nous avons un peu plus de temps, ce qui nous permet de bichonner les motos et de les nettoyer entièrement, mais aussi de faire des entretiens de type vidange ou calage du haut moteur. En général la moto fait assez peu de kilomètres chaque année, on fait donc ces opérations à la fin de la saison pour ne pas trop ouvrir le moteur sans raison. Vu que la moto a maintenant 10 ans et qu’elle a pas mal roulé, certaines vis sont grippées et l’utilisation du produit multifonction est toujours bienvenue lors de ces opérations.

Astuce clé

Q : Si vous aviez une astuce clé d’entretien de la moto à donner à nos lecteurs, quel serait-elle ?

  • Bien entretenir sa chaîne ! J’ai sous-estimé la nécessité de nettoyer sa chaîne entièrement assez régulièrement entre les graissages et il m’est arrivé une fois de devoir changer complètement un kit chaîne car un point dur s’était fait sur ma chaîne à cause de la pétrification de la graisse dans les rouleaux… J’ai eu de la chance car j’aurais pu casser l’axe de sortie de boîte ou autre avec un point dur pareil ! Bref, maintenant je suis vacciné et je pense à nettoyer régulièrement la chaîne avant de la re-graisser pour la garder dans un état impeccable.

Course de côte | Team Les Tarbou | Février 2018

Un dernier mot ?

Q : Une belle note pour finir cette interview, quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs ?

  • OSEZ ! Si vous avez envie de vous lancer, peu importe votre talent, votre âge et vos moyens, il existe forcément une manière de se lancer et de se faire plaisir, les seules barrières qui existent sont celles que vous vous mettez. La famille motarde est plus que jamais ouverte à votre venue. Et j’en profite pour vous dire de ne pas hésiter à contacter notre team si vous avez la moindre question, l’envie de vous lancer, besoin d’informations ou si vous êtes juste curieux d’en savoir plus sur ce monde-là. Nous accompagnons en ce moment même un autre pilote qui va se lancer en 2018, et nous serions ravi d’en aider d’autres !

Pour retrouver le team Les Tarbou (spécialité course de côte), rendez-vous sur leur page Facebook : Les Tarbou.

N’hésitez pas à partager vos astuces moto avec la communauté sur notre page Facebook ou par email dans la rubrique contact de notre site. 😉

A bientôt pour une prochaine interview !

Inscrivez-vous pour des nouvelles et des offres exclusives!

© 2018 WD-40 Company